L’ici et l’ailleurs dans la ville - Le Grand Café
L’ici et l’ailleurs dans la ville - Le Grand Café
L’ici et l’ailleurs dans la ville - Le Grand Café
L’ici et l’ailleurs dans la ville - Le Grand Café
L’ici et l’ailleurs dans la ville - Le Grand Café
L’ici et l’ailleurs dans la ville - Le Grand Café
L’ici et l’ailleurs dans la ville - Le Grand Café

École Andrée Chedid
[Trois classes de CP]

Ce projet pluridisciplinaire construit et mené par le conservatoire Musique et Danse avec Le Grand Café, prend appui sur le projet d’Emmanuelle Huynh et Jocelyn Cottencin, Nous venons de trop loin pour oublier qui nous sommes, produit et exposé au LiFE.

« Nous venons de trop loin pour oublier qui nous sommes, n’est pas un portrait de la ville de Saint-Nazaire au sens d’une volonté descriptive, mais un récit polysémique qui s’inscrit sur ce territoire si particulier. Le geste, le mouvement, deviennent des vecteurs pour installer une mémoire éphémère dans les environnements traversés avec la possibilité de faire émerger des figures utopiques, rituelles, ou simplement en dialogue avec le paysage. »

À destination des trois classes de CP de l’école, ce projet musique/danse/arts plastiques propose une entrée dans la ville comme un lieu de fiction ou documentaire, un décor réel ou imaginaire. Cela en explorant un terrain de jeu et différents points de vue : des ambiances, des univers, des émotions, des formes, des intensités, des intentions, des spatialisations… En lien avec l’installation présentée au LiFE, un travail est mené sur le flux des marées, les sons industriels, la mécanisation du geste et ses répétitions.

En écho à l’exposition L’Echappée Belle au Grand Café, un travail est mené sur l’imaginaire, la relation corps-espace, l’échelle, pour donner du corps à l’image… En parallèle, les élèves apprennent à découvrir l’espace par l’observation et à travers le filtre de l’appareil photographique. Chaque rendez-vous au sein des expositions fait l’objet d’une production d’images et de photo-traces à réemployer, manipuler, afin de créer de nouveaux espaces, de nouveaux décors à explorer.

Même si le projet fut interrompu par le premier confinement et la restitution initiale annulée. Nous avons quand même continué à entretenir du lien avec les enfants et leurs familles pendant cette période, dont le résultat se trouve réuni dans une petite collection de cartes postales.

CARTES POSTALES DU CONFINEMENT

Alors que tous les projets liés aux parcours d’éducation artistique et culturelle sont à l’arrêt, le pôle des publics du Grand Café poursuit l’échange avec certains élèves de l’école Andrée Chedid de Saint-Nazaire pour une continuité du projet. Sur les questions d’architecture, d’environnement et de déplacements, les élèves sont contactés par le biais des enseignantes de l’école pour transmettre une vue et une phrase de leur confinement. Que voient-ils depuis leur fenêtre ? Quel monde regardent-ils ?

Cette bouteille jetée à la mer revient avec plusieurs réponses, et à partir de celles-ci seront développées au courant du mois de mai des cartes postales du confinement.

Ces neuf cartes sont éditées et imprimées, puis renvoyées aux élèves en juin lors du retour à l’école, comme un souvenir du temps passé à regarder passer les nuages.