Substrat #2 - Le Grand Café

Suite au premier temps fort de la résidence de recherche Substrat #2, “Unfinished Sympathy” se poursuit en explorant la dimension sonore de notre territoire, en particulier à travers la voix.

Pour ce temps 2 de sa résidence, Florence Meyssonnier, en collaboration avec l’artiste et chercheuse Meris Angioletti ainsi que le compositeur Sébastien Roux, rassemble un groupe de recherche — constitué d’artistes, auteur·ices, chercheur·euses et étudiant·es — autour de la dimension sonore de nos expériences, en particulier à travers les voix comme motifs d’affect ou formes de médiation par lesquelles se constituent aussi des modalités de vie.

Deux rendez-vous programmés le samedi 15 octobre 2022 sont ouverts au public. À la Médiathèque Étienne Caux à 14h, en dialogue avec la psychologue clinicienne Magali Molinié et l’artiste Meris Angioletti, Florence Meyssonnier reviendra sur ces sujets, avant la performance vocale Orbiculaires qui se tiendra à 17h au sein du Radôme (toit de la base sous-marine) et qui partagera avec le public une expérience d’émission et d’écoute dans cet espace à l’acoustique si particulière.

Programme :

Samedi 15 octobre à 14h à la Médiathèque Étienne Caux
Rencontre-discussion avec Magali Molinié et Meris Angioletti autour de la résidence de Florence Meyssonnier, chercheuse invitée par Le Grand Café

Magali Molinié est enseignante-chercheuse à l’université Paris 8 (France) et à la Cornell University (États-Unis), ses recherches portent à l’origine sur les relations qu’entretiennent les vivants et les morts. Par quels dispositifs, quelles pratiques, quelles paroles, quels attachements les morts sont-ils fabriqués comme des êtres sociaux ? Que gagne-t-on à considérer la relation avec de tels êtres comme une relation sociale, productrice de transformations réciproques entre les vivants et les morts ? Activement impliquée depuis sa fondation en 2011 dans le Réseau français sur l’entente de voix (REV France), elle a élargi depuis son enquête aux êtres invisibles avec lesquels les entendeurs de voix sont en relation (agresseurs, dieux ou démons, guides, amis, mais aussi molécules, etc.). Elle collabore aux activités cliniques, d’enseignement et de recherche du Centre Georges Devereux depuis une vingtaine d’années.

Meris Angioletti, née à Bergame (Italie) en 1977 est artiste et doctorante contractuelle à l’Institut ACTE, Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle travaille à une thèse sur la voix et l’oralité, De bouche à oreille. Vocalités et transmissions dans l’art contemporain, sous la direction de Christophe Viart. En ancrant son parcours de recherche sur l’histoire de l’art et du cinéma, en particulier aux premières formes d’abstraction, aussi bien que sur les sciences cognitives, la psychologie ou l’ésotérisme, elle a travaillé à une série de films sonores et plus récemment à des conférences élargies où elle questionne les structures de la perception, de la mémoire, du corps et de l’émission vocale.
Expositions récentes : 2021 : Anozero – Biennal de Coimbra, Portugal ; 22ème Prix Bonaventure (Trafiquer les mondes), Fondation Pernod Ricard, Paris ; Danse et Rituel, CND, Pantin ; 2019 : La vérité n’est pas la vérité, MABA, Nogent-sur-Marne ; Couteau sans lame et dépourvu de manche et Le jour des esprits est notre nuit, CRAC Alsace, Altkirch
http://www.merisangioletti.com/

 

Samedi 15 octobre à 17h au Radôme, toit de la base sous-marine
Orbiculaires
Performance sonore avec l’artiste Meris Angioletti et le compositeur Sébastien Roux

Dans le cadre de sa résidence de recherche Substrat, Florence Meyssonnier invite pour ce deuxième temps fort l’artiste et chercheuse Meris Angioletti ainsi que le compositeur Sébastien Roux à créer une performance vocale au sein du Radôme, afin de partager une expérience d’émission et d’écoute dans cet espace à l’acoustique si particulière. Il sera question d’oralité, de contes de Brière, de corps dans l’espace, etc.

Né en 1977, Sébastien Roux imagine des situations d’écoute. À travers l’algorithme, le jeu, le mouvement, la spatialisation, le diagramme, il articule deux notions complémentaires : la perception de la forme et les formes de perception. Son travail prend des formes diverses : séances d’écoute commentées avec dispositif de haut- parleurs, concerts avec projection de partitions graphiques, installations sonores, performances in situ.
Il travaille avec les ensembles Dedalus, Thymes, Omedoc, 0 et collabore régulièrement avec Célia Houdart (auteure), Olivier Vadrot (scénographe), DD Dorvillier (chorégraphe), etc. Il a bénéficié de commandes de plusieurs radios et télévisions publiques allemandes et suisses et du GRM (Groupe de recherches musicales). Il travaille régulière avec les CNCM (Centres Nationaux de Création Musicale).
http://www.sebastienroux.net/
https://soundcloud.com/sebastien-roux-2/

Infos pratiques :
Entrées libres, sans réservation
Médiathèque Étienne Caux : 6 rue Auguste-Baptiste Lechat, 44600 Saint-Nazaire
Le Radôme : toit de la base sous-marine, bd de la Légion d’Honneur, 44600 Saint-Nazaire (côté Alvéole 14)