Du quartier vers la ville - Le Grand Café
Du quartier vers la ville - Le Grand Café
Du quartier vers la ville - Le Grand Café
Du quartier vers la ville - Le Grand Café
Du quartier vers la ville - Le Grand Café
Du quartier vers la ville - Le Grand Café
Du quartier vers la ville - Le Grand Café
Du quartier vers la ville - Le Grand Café
Du quartier vers la ville - Le Grand Café
Du quartier vers la ville - Le Grand Café
Du quartier vers la ville - Le Grand Café
Du quartier vers la ville - Le Grand Café
Du quartier vers la ville - Le Grand Café
Du quartier vers la ville - Le Grand Café
Du quartier vers la ville - Le Grand Café

Groupe Scolaire Jean Zay
[classes d’élémentaires de CE2 et de CM2]

Ce projet est développé en partenariat avec l’Écomusée et a pour toile de fond le quartier et l’environnement de l’école. Entre espace construit et espace mental, il s’oriente différemment en fonction des niveaux de classe.

Chez les CE2
Le travail s’engage en trois temps : dans le quartier, en bord de mer et sur le port.

À partir de la découverte des œuvres de Jean-Jacques Rullier La promenade du soir en bord de mer et Les jardins du Tiers Paysage de Gilles Clément, les élèves découvrent leur quartier, son environnement, tout en s’en éloignant, pour mieux l’interroger, qu’il soit proche ou lointain. Les approches sont artistiques, urbanistiques, naturalistes, construites et scientifiques. Tour à tour les élèves adoptent des postures d’usagers, de promeneurs, de regardeurs, d’observateurs, au cœur de paysages aux échelles multiples.

À partir de La Promenade de Jean-Jacques Rullier les élèves réalisent un carnet d’observation pour noter et annoter, écrire et dessiner, le fruit de leurs collectes : minéraux, végétaux, terrestres et marins, formes liquides, lumineuses, issues des activités humaines, ou de constructions. En appui, des photographies permettent de travailler le point de vue, le cadrage, la mise au point, le zoom (avec des loupes), le panorama et la macro.

Le jardin du tiers paysage de Gilles Clément permet une approche différente du territoire, avec un point de vue géographique et un travail de localisation. Là aussi les élèves se trouvent transportés du très grand au très petit, partant des paysages et des architectures jusqu’aux graines et pollens. Ils découvrent ce projet en s’appuyant sur des données historiques, géographiques, artistiques et scientifiques. Ils se retrouvent de nouveau dans des postures d’observateurs, de découvreurs par l’étude de terrain, et un travail de relevé dans le Jardin des Étiquettes, tels des botanistes en herbe. Ce jardin devient ainsi un territoire de rencontre paysagé et linguistique, du français au latin.

Chez les CM2
En partant de leur environnement proche, les élèves travaillent sur des espaces se situant toujours de plus en plus loin : le port, la ville, sa périphérie…
En se servant d’éléments de repères, ces parcours servent de base pour comprendre ce qui fait la liaison entre l’estuaire et la ville. Le premier parcours s’effectue dans le port afin d’en comprendre sa géographie, ses limites, ses ouvertures, son histoire et ses liens à l’estuaire. Une seconde rencontre s’organise à travers la ville et sa périphérie, à la découverte de paysages proches et lointains. Ce parcours est effectué en transports collectifs urbains (bus U3, lignes Hélyce) et est jalonné d’étapes pédestres en prise direct avec l’environnement rencontré.
Un parcours final se déroule dans la ville cette fois en suivant des orientations uniquement artistiques. Les élèves redéploient alors de petites formes inspirées de Felice Varini, déplacées et installées dans différents environnements, des « petites Suites de triangles ».