Entre janvier et septembre 2016, Olive Martin et Patrick Bernier en résidence à Saint Nazaire commencent une enquête autour de photographies exhumées dans les archives du Centre de Culture Populaire pour retrouver les lieux, les dates, les personnes et l’occasion qui a présidé à une démonstration de tissage sénégalais à Saint-Nazaire, technique identique à celle utilisée par les artistes. A partir de là, il découvre le paquebot, l’Ancerville, élément déclencheur d’une nouvelle investigation. Construit sous le matricule M21 dans les années 1960 à Saint-Nazaire, il effectuait des voyages entre le Sénégal et la France, jusqu’en 1973 où il a été racheté par la Chine et baptisé Minghua. Ses itinéraires et son histoire traçaient sa généalogie permettant aux artistes de se plonger dans les relations géopolitiques qu’entretiennent ses trois continents. Dans le cadre de leur résidence, les artistes ont eu l’opportunité de faire plusieurs voyages à Dakar, d’aller à la rencontre de tisserands et d’initier des collaborations visibles dans l’exposition Wilwildu.