Marie-Laure Viale a été invitée en 2015 par Sophie Legrandjacques à initier les résidences de recherche Substrat. Dans la continuité de sa thèse en cours de rédaction sur le « 1% et l’architecture scolaire de 1948 à 1983 : une histoire croisée des politiques culturelles et architecturales, et de l’évolution de l’art dans son rapport au spectateur », Marie-Laure a profité pendant 4 ans d’un accompagnement du centre d’art par le biais de temps de résidence d’écriture, d’une aide à la mobilité (consultation d’archives, entretiens, etc.) ainsi que la publication d’une édition.

Dans le cadre de cet accompagnement, la chercheuse en résidence a pensé des temps de restitution publics autour de sa résidence qui ont pris plusieurs formes :
une conférence en 2015 au Lycée Aristide Briand : Une enquête à « l’envers » : les œuvres 1% de la Cité scolaire de Saint-Nazaire (1953 – 1970)
– une conférence dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine au Grand Café en 2015 : Les œuvres 1% de la Cité scolaire de Saint-Nazaire, témoins des idéologies croisées de l’art, de l’architecture et de l’éducation (1953 – 1970)
– la participation en tant que chercheuse invitée à présenter au sein de l’espace forum de l’exposition Les Enfants d’abord ! un focus sur « Les Sculptures d’usage : des espaces à vivre »

La méthode de sa recherche s’est élaborée à partir de deux pôles éloignés l’un de l’autre, une enquête sur le terrain qui s’apparente au courant historiographique de la microstoria et l’analyse des sources archivistiques publiques, notamment celles du bureau de la commande publique et du 1% ainsi que le fonds documentaire de la Direction Générale de la Création Artistique (DGCA). Mais l’écart entre le matériel constitué au plus près des œuvres et les documents, en grande partie administratifs, n’apprenait rien sur la mise en œuvre et les conditions de production des pièces, entre l’accord de la commission nationale et l’œuvre réalisée. Marie-Laure Viale a commencé alors à constituer un troisième corpus avec des entretiens des acteurs encore en vie et la consultation de leurs archives. La réévaluation de l’histoire de ces œuvres s’écrit à l’intersection de ces trois corpus.

Outre l’écriture d’un texte, la première édition de Substrat, carnet d’un.e chercheur.se, réunit une sélection de documents inédits produits dans le cadre de sa thèse qui correspondent à ces trois pôles avec les entretiens du peintre Fabio Rieti et de l’architecte Michel Andrault, une série de cartes réalisées à plusieurs échelles avec la situation des œuvres 1% et la réattribution des noms des auteurs, artistes et architectes.