[:en]The general public is often unaware of what happens to works created and produced at Le Grand Café beyond the ephemeral period of the public exhibition. Some continue to circulate in major exhibitions, others join public or private collections in France or abroad. Many of them become key works in the artists’ careers. ‘Production en revue’ aims to look again at noteworthy works produced in Saint-Nazaire through an analytical text written to explore their creation, place them in the artist’s wider practice and reveal the artistic concerns from which they arise. Each text has a different author, art critic or art historian with an extensive knowledge of the artist’s work, and revisits the results of a process of research. The texts in this collection are published online at irregular intervals, gradually building up a widely accessible resource that reminds us that while artists’ creations are indeed objects of the senses, they are also objects of study; objects to make us think and to think about.[:fr]Au-delà du temps éphémère de l’exposition qui les présente au public, les œuvres créées et produites au Grand Café connaissent des destinées diverses peu connues du grand public. Certaines prolongent leur existence en circulant dans des expositions majeures, d’autres rejoignent des collections publiques ou privées françaises ou étrangères. Beaucoup d’entre elles constituent des jalons importants dans le parcours des artistes. « Production en revue » souhaite revenir sur les œuvres marquantes produites à Saint-Nazaire à travers l’écriture d’un texte critique qui en fait la genèse, les situe dans la pratique de l’artiste et révèle les enjeux artistiques dont elles relèvent. Revenant sur ce qui a émergé d’un processus de recherche, chaque texte est confié à un.e auteur.rice différent.e, critique d’art ou historien de l’art, ayant une connaissance approfondie du travail de l’artiste. Mis en ligne de façon apériodique, les textes de cette collection constituent petit à petit une ressource accessible à tou.te.s et rappellent que les créations des artistes, si elles sont bien des objets du sensible, sont aussi des objets d’étude, des objets pour et à penser.[:]