The Indirect Gaze (L’observation indirecte) - Le Grand Café
The Indirect Gaze (L’observation indirecte) - Le Grand Café
The Indirect Gaze (L’observation indirecte) - Le Grand Café
The Indirect Gaze (L’observation indirecte) - Le Grand Café
The Indirect Gaze (L’observation indirecte) - Le Grand Café
The Indirect Gaze (L’observation indirecte) - Le Grand Café
The Indirect Gaze (L’observation indirecte) - Le Grand Café
The Indirect Gaze (L’observation indirecte) - Le Grand Café
The Indirect Gaze (L’observation indirecte) - Le Grand Café
The Indirect Gaze (L’observation indirecte) - Le Grand Café
The Indirect Gaze (L’observation indirecte) - Le Grand Café
The Indirect Gaze (L’observation indirecte) - Le Grand Café
The Indirect Gaze (L’observation indirecte) - Le Grand Café
The Indirect Gaze (L’observation indirecte) - Le Grand Café

Exposition

Ancrée dans un plaisir narratif évident, la démarche de Jorge Satorre tient de la fouille historique et onirique, de l’investigation policière et de la relecture poétique. L’artiste revendique la primeur de l’expérience et privilégie le processus de recherche et l’effort qu’il implique. Ses modes de présentation habituels (dessins, vidéos, performances) relèvent de la suggestion, ils sont les outils de récupération d’une mémoire et non une documentation fidèle qui permettrait de retracer un évènement ou l’histoire d’un lieu. Ils fonctionnent comme des tentatives subjectives d’interprétation.

À l’aune de ce désir d’élucidation intime, Jorge Satorre se réapproprie parfois des événements légendaires de l’histoire de l’art (la performance Shoot de Chris Burden, ou encore celle de Gordon Matta Clark, Windows blow out), rejouant l’action sur un mode non spectaculaire ou s’en faisant l’exégète obstiné. L’artiste revisite également certaines histoires locales vouées à l’oubli : qu’il enregistre la mémoire d’un village mourant (Piaxtla, à la frontière mexicaine, en 2009) ou celle d’une vieille fourgonnette érigée en monument par les habitants de l’île de Sherkin en Irlande (The Barry’s Van Tour, 2007), qu’il fasse voyager les pierres (The erratic. Measuring compensation, 2009) ou décrypte leur valeur mythique (My Dolmen, 2007-2008), l’artiste cerne l’impact du souvenir (collectif ou personnel), la construction et la fictionnalisation de l’histoire. Ses dessins et ses films s’envisagent ainsi comme des réceptacles hybrides, à la charge émotive très forte, qui prennent la mesure des phénomènes de migration (des populations, des objets) et de mutation (des fonctionnalités et des symboliques) régissant notre monde.

Œuvres

Étage

Jorge Satorre
My dolmen
2007-8
Deux dessins, mine de plomb sur papier
29,7 x 42 cm chaque
Collection privée

Deux pierre en papier
37 x 28 cm et 34 x 24 cm
Courtesy Galerie Xippas, Paris
Jorge Satorre
The Erratic. Measuring compensation
2009-10
Deux dessins
33,5 x 24 cm
Courtesy Jorge Satorre
Jorge Satorre
The Barry's van tour
2007
Vidéo, huit dessins, deux posters, une photographie
Collection du Frac des Pays de la Loire
Jorge Satorre
The general intention
2006-9
Feuille de papier encadrée, série de dessins emballée dans une enveloppe
21 x 29,5 cm
Collection privée

Résidence liée

Biographie

Né en 1979 à Mexico, Mexique.
Vit et travaille à Paris.

site internet