Les enfants d’abord !

Exposition  Œuvres

Exposition

  • Du 27 janvier au 1er avril 2018
    Vernissage jeudi 1er février à 18h30
    Au LiFE – base des sous-marins, Saint-Nazaire

Priscila Fernandes - Ane Hjort Guttu - Adelita Husni-Bey - Liz Magic Laser - Marie Preston

L’exposition Les enfants d’abord ! réunit des artistes qui interrogent la place que la société contemporaine accorde à l’enfant, et à travers lui, les valeurs qui fondent le monde des adultes, les modèles d’éducation et de transmission. L’exposition dresse un panorama non exhaustif de visions d’artistes, philosophes, penseurs, architectes… qui posent, dans leurs productions, la question de l’émancipation.

Plusieurs oeuvres présentées au LiFE s’attachent à donner la parole aux enfants. À travers la vidéo La Liberté nécessite des êtres libres d’Ane Hjort Guttu, la parole libérée du jeune Jens, rétif au système scolaire, semble pointer un paradoxe : comment apprendre à être libre alors que les modèles éducatifs (familiaux et scolaires) impliquent une relation de subordination ?

Le succès actuel des modèles alternatifs d’éducation tels que Freinet ou Montessori et l’intérêt réaffirmé pour l’ouvrage « Le Maître ignorant » de Jacques Rancière mettent en avant les notions de réciprocité et d’égalité dans la réception des savoirs. Les artistes et les institutions d’art s’en saisissent depuis quelques années à travers l’Educational Turn (tournant éducatif de l’art) : une manière collaborative de travailler dans laquelle l’art devient un espace producteur de savoirs et l’éducation un espace possible de création. Développée selon cette approche, l’oeuvre Postcards from the Desert Island d’Adelita Husni-Bey fait apparaître les limites de cette liberté offerte aux enfants. De même, l’installation Un compodium de Marie Preston propose de réfléchir à de nouvelles formes de collaboration entre les différents acteurs qui accompagnent la vie de l’enfant.

Dans son ouvrage « Prendre soin de la jeunesse & des générations », Bernard Stiegler pointe une inversion générationnelle : des adultes de moins en moins responsabilisés face à la consommation des « industries de programme » par leurs enfants (la télévision, le cinéma, Internet et les jeux vidéo). Ces outils produisent et vendent des « savoir-vivre » où l’enfant est pris pour cible marketing. À leur manière, Priscila Fernandes et Liz Magic Laser tirent le fil invisible entre économie libérale et liberté des individus, qui traverse les générations actuelles. La vidéo For a Better World de Priscila Fernandes dévoile ainsi les dérives de l’entreprise commerciale pour préparer les enfants à l’économie du 21ème siècle. The Thought Leader de Liz Magic Laser met en scène un jeune garçon qui déploie des méthodes de développement personnel issu du management des entreprises, face à un public adulte, leur retournant l’absurdité de la situation et la quête de sens de notre société de la performance.

Enfin, au coeur de l’exposition est imaginé un dispositif inédit de forum et de partage des savoirs qui articule des documents, textes et archives réunis par trois chercheurs autour du thème de l’enfant et la ville. Évoquant plusieurs expérimentations historiques d’importance (l’architecte Ricardo Dalisi, le quartier de LaVilleneuve à Grenoble…), cet espace central témoigne de la manière dont les questionnements de la société sur les modèles éducatifs rejaillissent et s’incarnent dans l’espace social de la ville, à travers les formes construites des playgrounds ou de l’architecture scolaire... en Europe comme à Saint- Nazaire.

Ponctuée de rendez-vous qui permettront de découvrir l’histoire riche et passionnante de ces débats sur l’éducation, l’exposition Les enfants d’abord ! propose de considérer des démarches artistiques récentes, sans concession sur notre monde actuel qui rappellent avec force l’actualité de ces questions et l’urgence à s’en saisir.


Le Forum est réalisé avec les contributions de :
Marie Preston, artiste et enseignante-chercheuse à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis (AIAC/ Teamed).
Aurélien Vernant, historien de l’art et de l’architecture, auteur et commissaire indépendant ; commissaire associé de La Biennale d’architecture d’Orléans (2017).
Marie-Laure Viale, historienne de l’art, curatrice en art public contemporain, codirectrice de l’association Entre-deux (Nantes).


Œuvres

Priscila Fernandes « For a Better World », 2012
Full HD video, 16:9, colour, sound, 8mn 19sec

Ane Hjort Guttu, « Frihet forutsetter at noen er fri » [« La liberté nécessite des êtres libres »], 2011
HD video, 33 min.

Adelita Husni-Bey, « Postcards from the Desert Island », 2010-2011
Installation vidéo.
SD video transfered to DVD, 22‘23‘‘ oil on canvas, cm 150X250, 22‘23‘‘
Collection KADIST, Paris

Liz Magic Laser, « The Thought Leader », 2015
Vidéo, single-channel video, 9 min. Featuring actor Alex Ammerman.
Crédits :
Liz Magic Laser, The Thought Leader, 2015, vidéo, 9 min. Avec l'acteur Alex Ammerman.
Script écrit par Liz Magic Laser et inspiré des Carnets du sous-sol (1864) de Fiodor Dostoïevski.
Coach vocal: Kristian Nammack.
Directeurs de la photographie: Chris Heinrich et Tom Richmond.
Ingénieur du son: Nikola Chapelle.
Mixage son: Scott Benzel.
Monteur effets sonores: Molly Fitzjarrald.
Étalonnage: Alejandro Wilkins.
Responsable de production: Anna Riley.
Assistantes de production: Esther Hayes, Jasmine Kyoko et Samantha Rosner.
Film tourné à Kickstarter, Brooklyn, NY.
Figurant·e·s: Cole Akers, Kelela Blake, Tyler Booker, Travis Branch, Virginia Ferrer, Sein Gay, Jessica Gallucci, Ryan Healey, Joseph Henry, Minki Hong, Kelvin Lofton, Rebekah Loy, Roberto Mugnai, Job Piston, James Pyecka, Mike Quinn, Hobson Riley, Khalid Rivera, Alexis Rosenbaum, Malaika Said, Stephanie Samford, Noriko Sato, Isaiah Seward, Charlii Tv, Alex Xenos et Liz Zito.
Remerciements à Kathy Ammerman, Sanya Kantarovsky, Owen Katz, Ken Laser, Ella Maré, Fabrice Nadjari, Wendy Osserman, Chadwick Rantanen, Anna Riley, Hobson Riley, Hong-An Truong, Esther Kim Varet, Joseph Varet, Tomasz
Werner, Kate Wilson, Spencer Wolff et Kickstarter.
Courtesy Various Small Fires, Los Angeles et Wilfried Lentz, Rotterdam.
Adaptation française: Production CAC Brétigny. Traduction: Adèle Jacques.

Marie Preston, « Un compodium », 2014-2017
Installation, Bois, photographique couleur contre-collée sur aluminium, acier, documents
201 x 60 x 190 cm

Marie Preston, « [-Co] », 2018
Installation, tapis quilt, 5x7m
Production le LiFE, ville de Saint-Nazaire


Cette exposition est une programmation hors les murs du Grand Café – centre d’art contemporain.
L’exposition est produite par le LiFE – Ville de Saint-Nazaire.
Plus d’informations ici

Galeries :

Oeuvres exposées